MGF – Excision

Renforcement des capacités villageoises pour l’abandon de la pratique de l’excision et la promotion des droits des enfants et des femmes (YAM WEKRE)

Partenaire financier : UNICEF

Partenaires techniques : Secrétariat Permanent du Comité National de Lutte contre la Pratique de l’Excision (SP /CNLPE), l’Action Sociale et la Direction Provinciale des Enseignements de Base et de l’Alphabétisation (DPEBA)

Problème : Les mariages précoces dans les régions de l’Est du Centre-est et du Sahel

Objectif du projet : mettre fin aux mariages précoces dans les régions de l’Est du Centre-Est et du Sahel.

Zone d’intervention (2012) : ce programme est mis en œuvre dans les villages des  communes de Kaya et de Boussouma dans la province du Sanmatenga, des communes de Zorgho, Méguet, Boudri, Zoungou dans la province du  Ganzourgou et  de la commune de Yamba dans la province du Gourma.

Approche utilisée : approche holistique qui intègre plusieurs thématiques relatives à la situation des femmes, des enfants et des communautés notamment l’abandon de la violence faite aux femmes et aux enfants, la santé de la femme et de l’enfant, l’hygiène, le VIH/SIDA et l’excision.

Démarche méthodologique : Il s’inscrit dans le cadre global des stratégies/démarches de communication pour un changement de comportement et partant, pour un développement durable. Les causeries éducatives avec la communauté aux villages se déroulent sous la forme de classe. Le facilitateur communautaire vit avec la communauté pendant la mise en œuvre des modules.

 

Projet de Capitalisation et dissémination de bonnes approches pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines (CAP-MGF II)

Partenaire financier : GIZ (ex DED)  et  l’Ambassade Royale du Danemark au Burkina Faso de 2007 à 2010 ; Fonds Commun Genre (FCG) de 2011 à nos jours

Partenaires de mise en oeuvre: Association pour la Promotion Africaine et le Développement APJAD/Orodara ; Association d’Appui et d’Eveil Pugsada (ADEP) ; Association Songmanegré Femmes pour le développement (AFD) ; Association des tradipraticiens et herboristes «Wend-Panga» (ATH) ; Cellule Féminine Nationale  du Cercle d’Etudes, de Recherche et de Formation Islamique (CFN-CERFI)

Problème : Pratique de MGF très répandu au Burkina Faso

Objectif du projet : Promouvoir la capitalisation, la vulgarisation et la mise en œuvre des « bonnes approches » endogènes et exogènes pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines à travers le financement des micro-projets

Zone d’intervention : Départements de Kourinion, Soaw, Koungoussi, Ouagadougou

Approche utilisée : la capitalisation et la diffusion de bonnes approches/pratiques en matière de promotion de l’abandon de la pratique de l’excision.

Démarche méthodologique : Le projet CAP-MGF II collabore avec cinq (05) organisations de la société civile qui œuvrent pour la promotion de l’abandon des Mutilations Génitales Féminines. Ces organisations ont initié des approches/pratiques à déclinées en micro-projets dont la mise en œuvre est soutenue techniquement et financièrement par Mwangaza Action. Pour une bonne exécution de leurs activités, ces organisations locales partenaires  (OLP) ont manifesté un besoin de renforcer leurs capacités et d’un encadrement de proximité tout au long du processus de mise en œuvre de leur microprojet, qui va au-delà du seul financement.